Quelques postures

Postures Hatha YogaQuelques postures débutants et plus avancés :


Ardha paschimottanasana

Ardha paschimottanasana

 

Ardha vira paschimottanasana

Ardha paschimottanasana 2

 

Urdhva ardha paschimottanasana

ardha paschimottanasana 3

Au-delà des simples bénéfices physiques de l’étirement de la colonne, des jambes et des hanches, les différentes postures de la demi-pince sont de véritables pratiques internes de l’éveil de l’énergie et du potentiel de chacun. Pour cela, le pratiquant doit installer dans les postures différents bandhas (contraction de groupes musculaires), mudras, (positions des mains, des yeux et de la langue), mantras, visualisations  et souffles, activant les capacités régénératrices et tonifiantes des postures.

 

Kurmasana

Kurmasana

La posture de la tortue est une position d’intériorisation (pratyahara) et de concentration sur le lien entre le centre d’énergie de la base (muladhara) et celui du front (ajna). Elle s’accompagne de différents bandhas (contraction de groupes musculaires), mudras (positions des mains, des yeux et de la langue), mantras, visualisations et souffles. Elle calme les pensées, le souffle et lutte contre les problèmes de digestion, les problèmes de la sphère gynécologique et urologique ainsi que les troubles du sommeil.  

Marici asana (La posture du Sage Marici)

La posture de Marici est en lien avec le centre d’énergie du cœur : anahata cakra.
Elle apaise et purifie le centre du cœur ainsi que l’axe : sushumna.

Elle allie la torsion et la remontée de l’énergie le long de l’axe. Elle amène ainsi la stabilité et apaise l’émotivité.
Elle influence également les nadis latéraux : ida et pingala. Quand la jambe droite est pliée et que le bras droit enroule le genou, la narine gauche s’ouvre au bout de quelques minutes de respiration, indiquant la stimulation et le nettoyage du canal de droite, ida. Il en est de même pour pingala en installant la posture de l’autre côté.

En faisant cela la posture nous libère de l’association des contenus mentaux négatifs avec le souffle et le centre du cœur.
Elle débloque les trapèzes, les épaules, les cervicales, elle améliore la vue, l’audition, et aide au traitement des troubles de l’équilibre. Par la torsion du rachis, elle stimule le système immunitaire et les surrénales.
Il est intéressant d’y installer une respiration sur une proportion de 1 – 4 – 2. Par exemple, 4 temps d’inspiration, 16 temps de rétention poumons pleins puis 8 temps d’expiration.
Pour accompagner le souffle il est bénéfique de visualiser la roue du centre de la poitrine qui grandie à l’inspiration, qui tourne et vibre pendant la rétention, puis qui se contracte en un point à l’expiration.
Il est aussi possible de travailler sur l’axe sushumna ou sur ida et pingala.

Le mantra OM peut être utilisé pendant ces différentes phases en le faisant sonner intérieurement dans le centre anahata.
Pour une activation de la posture il faut la pratiquer au minimum 3 min de chaque côté. 

Chelâsana (la posture du disciple) 

 

 

Chelâsana est une posture et une attitude conseillée pour  l’écoute de la connaissance. Il est dit dans les textes que dans cette posture, par l’ouverture de la poitrine et de son centre, le disciple est plus réceptif, qu’il comprend mieux, qu’il est moins passif et moins endormi. Elle amène le « chéla » (disciple) à rentrer en contact avec son intuition et à lâcher l’intellect.

Technique : Assis par terre, pliez une jambe, ramenez le talon en appui contre le périnée. Les mains sont vers l’arrière les doigts dirigés vers l’arrière. Appuyez-vous sur les mains, redressez la colonne et ouvrez la poitrine. Pensez à étirer régulièrement la colonne, à garder Mûla-bandha et à ouvrir la poitrine.

Souffles : Ujjayin ou naturel

Bandha : Mûla-bandha

Drsti:

Mantra : –

Cakra ou nadis concernés : Par ordre de priorité : Anahata, Sushumnâ, muladhara.